Histoire de la ville Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipiscing elit, sed do eiusmod tempor incididunt ut labore et dolore magna aliqua. Quis ipsum suspendisse ultrices gravida. Risus commodo viverra maecenas accumsan lacus vel facilisis.

ORIGINES

Saint-Jory s’est constitué sur l’emplacement d’un village gallo-romain, à proximité d’une voie romaine (dont on retrouve encore des vestiges) allant de Toulouse à Banols (Saint-Caprais). On trouve son nom latin Sanctus Georgius dans une charte d’environ l’an 1075 du Cartulaire de Saint-Sernin; et la traduction Sent Jori sur des contrats de vente datant du XIIe siècle. Saint-Jory n’est que la dérivation de Sanctus Georgius que le peuple prononça et que les notaires écrivirent Georius puis Jorius.

LE BLASON

Le blason actuel trouve son origine en 1698. Il est officialisé le 20 decembre, par le pouvoir royal et enregistre par d’Hozier dans le Grand Armorial de France.

blason-saint-jory

SAINT-JORY LA MARAICHERE

L’agriculture connaÎt de profonds changements sous l’effet du modernisme, parfois douteux, comme cet engrais liquide proposé en 1756 aux Consuls. Les cultivateurs peuvent acheter ce liquide qui rend les terres infiniment plus fécondes et augmentent les récoltes de moitié ». Cette potion magique est-elle à l’origine de la vocation maraîchère de Saint-Jory ?

Parfois, des événements moins gais font l’actualité. Le 28 juillet 1757, passe sur la Garonne le bateau transportant les galériens. Ces sinistres barques flottantes vont recevoir, jusqu’en 1781, leur lot de condamnés.

NAPOLEON, DES ROIS ET UN PAPE !

En 1808, aprés une visite de Toulouse, Napoléon Ier quitte vers 20h cette ville et prend la direction de Montauban par la grande route. Escorté par les Gardes d’Honneur, l’Empereur et sa Maison provoquent du remue-ménage au sein du village. La Gendarmerie Impériale, chargée de la sécurité tout au long du trajet, occupe et réquisitionne diverses maisons pour se loger. Le maire de Saint-Jory, ayant refusé de répondre aux demandes de ladite Gendarmerie, se voit, le 9 août, admonesté par le Préfet de la Haute-Garonne, lequel ne comprend pas que « dans des circonstances aussi solennelles et aussi extraordinaires que celles du passage de Sa Majesté Impériale et Royale dans ce département, un maire ait pu refuser de loger huit gendarmes montés ».

De nombreuses personnalités sont passées á Saint-Jory dans les siécles précédents : le duc de Joyeuse, le gouverneur du Languedoc Henri de Montmorency-Damville, le roi Charles IX qui y soupe et le roi Louis XIII.

Le 2 février 1814, le Pape Pie VII libéré par Napoléon, quitte Fontainebleau pour rejoindre Rome. En 1914, un buste est érigé pour le centenaire de cet événement, au-dessus du porche de l’ancien relais de poste aux chevaux où le Pape s’était arrêté.

UNE EVOLUTION PERMANENTE

Dans la seconde partie du XIXe siécle, la physionomie de Saint-Jory change. Le Canal Latéral á la Garonne commencé en 1822, est achevé en 1840. Quinze ans aprés, le chemin de fer modifie á nouveau le paysage du village.

LISTE DES MAIRES DE SAINT-JORY

Bernard BERTHOMIEU-DUMAS

Antoine RICHARD

Jean-Pierre CHAUBARD

Jean-Pierre Blaize RATABOUL

Joseph BREIL

Gabriel DIEUZEDE

Guillaume RICHARD

Joseph Antoine IGOUNET

Antoine BREIL

Bernard GILET

Jean-Antoine MARQUES

Gabriel DIEUZEDE

Jacques ALBUS

François Noël DARDENNE

Jean Joseph-Noël BREIL

Cyrille BREIL

Julien VIDAL

Jean-Pierre GAYCHET

Henry CHOTEL

Ivan THIEBAUT

Henri MIGUEL

Thierry FOURCASSIER

(1800-1804)

(1804-1822)

(1823-1826)

(1826-1832)

(1832-1842)

(1842-1848)

(1848-1852)

(1852-1868)

(1868-1870)

(1870-1871)

(1871)

(1871-1876)

(1876-1888)

(1888-1899)

(1899-1912)

(1912-1945)

(1945-1977)

(1977-1983)

(1983-1995)

(1995-2000)

(2000-2014)

depuis 2014